Jean-Luc D – Blog pour experts: Vinos de Uruguay (et II)

Dans cette deuxième partie, nous détaillons la visite des 14 principaux établissements vinicoles d’Uruguay, en soulignant les vins qui m’attirent le plus et les méthodes de travail de chacun.

Chaque matin, j'attendais à la porte de l'hôtel Mariella Volppe de MINTUR, le ministère du Tourisme, et Martín López de INAVI (Institut national de vitiviniculture de l'Uruguay) pour m'accompagner sur les routes du vin. Appliqués et très préparés à la tâche, ils se sont donné la peine d'entendre ce chroniqueur le métalangage œnologique devant le discours joyeux et vocationnel des familles viticoles.

Sortir à la campagne est à 10 minutes de la ville. Le portrait d’un trafic fluide sur des routes à double sens, sans être des autoroutes ni des autoroutes, définit un modèle de pays où la nature sauvage ou inhospitalière, a une voix plus pertinente que dans la plupart des pays.

Une promenade dans les vignes et les vignobles

En Uruguay, vous pouvez respirer les sourires, le calme et le désir d'apprendre. C’est au moins ce que j’ai perçu lorsque j’ai parlé avec des vignerons, des propriétaires et des vignerons empreints d’hospitalité dans une atmosphère de loisirs touristiques plutôt que de travail. Je souhaitais contacter à la fois les établissements vinicoles "industriels" et les membres de la famille pour prendre le pouls du vin uruguayen.

La première cave était Établissement Juanico Familia Deicas, À 45 minutes de Montevideo au nord-ouest, dans la ville de Juanicó, dans la région de Canelones. C'est l'un des plus grands vignobles du pays avec une production de 7 millions de litres. Cependant, cela ne semblait pas être le cas lorsque l'on contemplait la pelouse et le vignoble, mettant en valeur un bâtiment ancien et petit d'architecture industrielle et de maçonnerie de la fin du XIXe siècle au milieu d'espaces ouverts. La première impression ressemble à un portrait des planètes du Médoc et de Pomerol, mais avec une lumière plus intense. L'histoire de cette entreprise ne date pas d'hier, mais remonte à 1830, lorsque Francisco Juanicó construisit la cave souterraine.

Cave souterraine Familia Deicas

Des vins j'ai aimé le merlot "Cru d'exception" 2009 pour le fruité et la finesse de cette variété, ainsi que pour l'assemblage Prélude 2013 fait de tannat, merlot, cabernet franc, cabernet sauvignon, marseille et petit verdot.

Ensuite, nous sommes allés au Finca Narbona Winery, situé au nord-ouest de Colonia à l'extrême ouest de l'Uruguay. Une propriété de 125 hectares avec des origines italiennes remonte à 1909, lorsque Juan de Narbona a fondé la cave. Comme un grand nombre d'établissements vinicoles, il possède un petit bâtiment hôtelier avec une certaine allusion "art déco", ainsi qu'un restaurant simple et confortable. José Irati, qui a une excellente connaissance de la vinification et de la viticulture pour être sommelier, nous a dit qu’il n’y avait aucune réserve à confesser des productions de 13 000 kilos par hectare pour les vins jeunes et entre 6 000 et 8 000 pour les vins de qualité. Les sols sont de constitution argileuse avec quelques doses de calcaire sous forme pierreuse. Je l'aimais Narbona rouge 002 de la récolte 2014 produit avec assemblage de tannat, syrah et cabernet sauvignon pour sa chair charnue non exempte de certaines expressions fumées et fruitées.

Baignoires en bois dans les domaines viticoles Finca Narbona

La prochaine étape nous a amenés à El Legado Producteur, authentique domaine viticole familial car avec le mariage de Bernardo Bazuca, de sa femme et de ses enfants, ils participent tous au projet avec le même enthousiasme et la même connaissance. Ils construisent un hôtel et un restaurant pour que les visiteurs respirent l'atmosphère familiale qui les caractérise.

C'est une propriété de 13 hectares de tannat, de syrah et de cabernet sauvignon, dont certains sont plantés dans des piquets de style médiéval, ce qui permet une maturation plus précoce. Une histoire de vie qui commence en 1968 lorsque son père, Luis Mazurca, a planté ses premières souches de muscat pour le vendre comme raisin de table. C'est l'année 1982 où il commence à construire la cave après quelques interruptions et crises. Le vin le plus surprenant pour l'excellent vieillissement de 24 mois était L'héritage mélangé 2015, un rouge composé à 80% de tannat et à 20% de syrah. Une excellente combinaison de notes épicées de chêne et des deux raisins opposés qui se complètent.

Campotinto Producteur C'était le prochain arrêt. Bien que fondée en 2015, la première récolte a eu lieu en 2012 et ne dépasse actuellement pas 25 000 bouteilles par an. C'est ce qu'on appelle en Amérique latine "boutique winery", avec une conception de l'œnotourisme confortable avec hôtel et restaurant. Dans cette ligne, la cave a une formule immobilière pour vendre des vignobles clé en main d'un demi-hectare. C'est la Concordia, un espace privé où il y a 24 parcelles pour autant de propriétaires qui achètent le vignoble et construisent leur maison dans le vignoble. Chaque propriétaire paie une redevance mensuelle à la cave pour effectuer toutes les tâches de récolte et de traitement. Quant à la propre production, la rouge se démarque Campotinto "Icon" 2016, avec 12 mois en fûts de chêne américain et 6 français d'un tannat moyennement complexe et, à cette occasion, un peu fermé.

Campotinto Producteur

Cordano Winery: Les couples Paula Cordano et Diego Vecchio sont les propriétaires de cette cave qui représente les nouvelles générations urbaines intégrées à la campagne. Ils ne sont pas dans un nouveau scénario, car la cave est née en 1900 à l'initiative d'un génois, Antonio Cordano, qui est arrivé sur ces terres en 1855. Comme la plupart des immigrants, ils sont venus avec les mauvais raisins. L'un d'entre eux était le Mascate de Hambourg, avec l'intention de vendre des raisins de table. Tous les vins sont d'une coupe moderne, soulignant une rose de 2017 de tannat, Chapelle, qui a accentué sa belle couleur framboise vivante mais qui contrastait avec une faible acidité pour être rose.

La visite que j’ai le plus aimé est peut-être celle Pisano Winery. Les trois frères Daniel, Eduardo et Gustavo ont transmis à la jovialité, à l’humanité, à la bonne humeur et avec une chanson à l’amitié. Ce sont les arrière-petits-enfants de Francesco Pisano, venu d'Italie en 1870 pour perpétuer la tradition viticole de la Ligurie. "Nous avons 15 hectares au total", me dit Daniel. Au nord de Progreso, nous avons un autre vignoble, dans une zone légèrement plus haute. La hauteur nous profite car nous sommes à 20 km de la mer, car cet autre vignoble – pointant vers l’horizon – qui culmine à 150 m nous permet de voir la colline de Montevideo. L'air de la mer y souffle toujours. Ce sol est semblable à celui-ci, argile-argile et le sous-sol également. Ici, les pierres de chaux n'apparaissent pas, elles sont là. Évidemment les vins sont plus fins. "Daniel est un torrent de mots où la vigne et le paysage sont la raison de son vin. Son discours passionné tourne autour de la terre, de la performance et de la formation du vignoble. Sa vocation écologique est parfois tronquée par l'irrégularité de l'agriculture Le résultat, en général, est que certains vins ressemblent peut-être davantage à ceux que j’ai trouvés en Uruguay, notamment le soi-disant RPF (Réserve familiale personnelle), qui s’accorde parfaitement au tannat difficile FPR de Rio de los Pajaros 2017 Y 2015 avec une excellente fusion de chêne et de fruits avec une expression variétale réussie. J'ai été frappé par le blanc Pisano RPF 2017, de la variété chardonnay. Une tension hors de Bourgogne est difficile à assimiler pour moi. Je peux vous assurer que c’est le meilleur chardonnay que j’ai bu en Amérique latine, crémeux, élégant, bordeaux, gras, fumé … Dans la lignée des excellents tannats concentrés, j’ai goûté au Tannat 2000 plein de finesse, avec des tanins amicaux et réduction fine. Au déjeuner, les frères m'ont présenté à leur neveu Gabriel Pisano, qui se libère avec trois vins révolutionnaires, sans tannat! Viña Progreso blanche, à base de viognier, une rouge au cabernet franc et une autre au sangiovese. Des vins aux nuances surprenantes. Le premier avec des traits crémeux de fines lies et d'herbes, le rouge avec la complexité du cabernet français où les fumés se confondent avec les notes de grappes et le sangiovese avec une élégance épicée et des souvenirs d'herbes de montagne.

Daniel et Gustavo, de Bodegas Pisano

Virginia Stagnari, propriétaire du Old Stagnari Winery et l’œnologue Laura Casella, sont convaincues que le sol de la propriété est le printemps qui identifie leurs vins. Les sols d'argile et de surface pierreuse sur un sous-sol de roche granitique rosacée permettent un bon drainage qui neutralise les pluies généreuses de la région. Par le nom de famille, il est facile de deviner ses origines italiennes avec une production de trois millions de litres en deux groupes. Un plus de vins premium réduits et un autre volume. Ceux que j’aimais le plus étaient les Tannat Osiris 2009, un tinto de couleur intense, un arôme puissant et des souvenirs de fruits bleus (myrtilles) et noirs (prunes), un rouge très atlantique avec un beau chêne et une bouche charnue et épicée. Je ne pouvais pas imaginer qu'ils aient pu vieillir le rouge Il Nero 2009 tannat avec 36 mois en fûts avec une plénitude aromatique tertiaire (épices, tabac, cèdre) avec un fruit noir mûr sans aucun effet oxydant.

Carrau Winery Il a une origine catalane. C'est ce que dit Marcos Carrau, la dixième génération de la famille et aujourd'hui le gérant de la maison. Une lignée de 265 ans. "Mon arrière-grand-père a décidé en 1929 de tout abandonner pour venir en Uruguay. Je travaillais comme viticulteur dans les Penedés avec du cava. Il a apporté la technique pétillante, devenant le pionnier de ce type de vin en Uruguay". Il est curieux de voir comment, avec des rendements de 8 000 kilos, l’hectare permet d’obtenir des vins avec une certaine expression, sélectionnés pour la "réserve", alors que les 12 000 kilos / ha. de production sont destinés à des vins jeunes, frais et fruités.

Carrau Winery

Des cinq vins que j'ai goûtés, j'ai aimé le blanc Juan Carrau 2018, élaboré à partir de cépage chardonnay, de densité, de crémeux et de fraîcheur, plus proche des Bourguignons que des Californiens. De même, deux rouges: le premier, Juan Carrau 2016 avec 50% de tannat et le reste divisé entre cabernet sauvignon et cabernet franc, couleurs excellentes et tonalités sensorielles très bordelèses avec 18 mois en fût à peine perçu; la deuxième, Vilasard 2009, élaboré avec du raisin nebbiolo mettant en valeur une réduction fine de la bouteille et une bouche élégante d'une petite parcelle d'un quart d'hectare avec des souches de 80 ans.

L'ondulation des vignes permet à l'eau de s'écouler dans les creux avec une nutrition en eau suffisante. Ses sols, bien qu’ils soient argileux avec beaucoup de matière organique, forcent un travail méticuleux en taille et en mouvements de terre rares.

Dans l'après-midi, nous approchons du Viña Varela Zarranz Producteur, une propriété de 110 ha. avec une production de 3 millions de litres, partie emballée en BIB (bag-in-box) sans la référence pour le vin ordinaire que ce conteneur a en Espagne. Il est plus répandu sans les liens de la tradition. L'origine de la propriété date de 1933 et sa cave souterraine avec des fûts de 1 500 litres est un portrait parfaitement soigné d'un passé laborieux. Les vignes sont basées sur 40 cm. d'argile sur une base de granit. Une entreprise qui travaille avec précision le respect des personnalités des différentes variétés. J'ai aimé un mousseux, Varela Zarranz Brut Nature, fait de chardonnay et de viognier avec un excellent caractère épicé et avec des notes de noix mais avec une bulle d’ascension rapide, mais en général très fine. j'ai essayé Open Cellar 2016, un tannat rouge fermenté dans une cave ouverte de 12 mois en fûts avec une expression variétale et un équilibre remarquables entre les fruits rouges et le chêne crémeux. Celui qui m'a le plus captivé était Marselan Sin Sulfitos 2018, avec un caractère enviable du terroir, organique, complexe avec une bouche grasse et élégante.

Bodega Varela Zarranz

Le mariage composé par Pablo Falabrino et Mariana me reçoit avec la cordialité et le sourire de ceux qui reçoivent chaque jour des visiteurs oisifs qui veulent goûter leurs vins et qui leur racontent les histoires de famille de leurs Viñedo de los Vientos Producteur. Cela semble être un projet personnel né il n'y a rien, mais ce n'est pas comme ça. Son ancêtre viticole remonte à plusieurs années. "L’histoire commence avec mon grand-père José-Pablo qui m’arrive du Piémont en 1925. Il arrive en Uruguay avec 17 ans et s’installe dans la région de Peñarol, à Montevideo. Ils ont acheté un champ à Melilla, au nord-ouest de la capitale et a construit la cave avec son frère Angelo après avoir planté des vignes dans différents endroits. Évidemment, ils ont élaboré des vins à l'italienne avec les variétés barbera, nebbiolo, moscato et même du vermouth. Nous souhaitons continuer à utiliser des variétés italiennes. Cette année nous plantons du dolcetto et nous apportons actuellement de nouveaux clones d'Italie après la sélection clonale du début des années 2000. De nombreuses personnes ont affirmé que les variétés italiennes ne fonctionnaient bien qu'en Italie, alors qu'il n'existait pas de sélection appropriée à ce climat. que les stocks français. "Cependant, les vins que j'ai goûtés impliquaient tannat, comme La Cuvée d'Angel 2011, riche en structure et en complexité étant celui que j'aime le plus.

Mariage Pablo Falabrino et Mariana

La cave cultive le vignoble en espalier à 70 cm. au lieu de 30, recherchez une masse foliaire plus importante qui permet une maturation plus lente et préserve l'acidité. En outre, les vignes ne sont qu'à 4 kilomètres de la mer. Les sols sont en granit décomposé, ce qu'ils appellent "sloop".

Œufs de ciment à Viñedo de los Vientos

A 9 km de la mer il y a Bracco Bosca Winery, dirigée par la vitaliste Fabiana Bracco, dont l’enthousiasme a infecté un groupe de touristes brésiliens qui ont écouté avec une grande attention les histoires familiales et œnologiques de cette maison. Elle devait participer il y a 6 ans à l'Atlas mondial du vin, Jancis Robinson, dans la partie uruguayenne. "L'écrivain britannique m'a dit que nous avions le privilège de produire des vins moins alcoolisés parce que le monde en avait assez des surexploitations et des mûrissages excessifs et que nous devions recommencer à produire davantage de vins européens."

En ce qui concerne les origines de la cave, cet Uruguayen a cette passion de l'âme allongée au soleil, à savoir que les Bracco et les Bosca étaient deux familles indépendantes. "Les Bosca étaient les parents de ma mère. Ils avaient de l'argent. En face se trouvaient les Bracos, qui étaient les parents de mon père et qui étaient pauvres. Mais les deux avaient des vignobles, l'un plus grand et l'autre plus petit. Ils se sont disputés Un jour, mon grand-père paternel lui a dit: mon fils va épouser ta fille, ils vont faire une cave et je vais devenir millionnaire. Il s'est marié, mais nous ne sommes pas encore millionnaires. "

La ferme a 14 ha. de la vigne et ce n’est pas avant 2005 qu’ils décident de produire leur propre vin après avoir vendu les raisins à d’autres établissements vinicoles. Son but est la culture biologique (biologique), pesant les difficultés d'un climat plus humide.

Les vins les plus intéressants étaient les Ombu 2017Rouge fait avec du cabernet franc, avec une couleur légèrement plus ouverte que celle qui est courante en Uruguay, avec un arôme très bordelés et Ombu 2016, fait de tannat, de petit verdot et de syrah avec une légère nuance exotique et élégante.

Je voulais visiter Garzón Winery, peut-être la société la plus connue internationalement. Sa structure, sa taille et son vignoble en font l'un des plus célèbres d'Amérique latine. Son niveau technologique axé sur la qualité et sa philosophie d'oenotourisme de haut niveau constituent le principal pôle d'attraction de l'Uruguay, au point d'avoir un célèbre chef qui dirige le restaurant intégré à la cave elle-même. Le magazine américain Wine Entusiast a cité cette entreprise parmi les 5 plus importants établissements vinicoles au monde en 2018.

Eduardo Félix, agronome et responsable du vignoble: "Nous avons décidé de nous concentrer sur l'albariño et le tannat. Il existe aujourd'hui 40 hectares d'albariño et 70 hectares de tannat sur un total de 240 hectares. Parmi les encres, les 6 autres Nous avons décidé de planter du marselan (garnacha avec du cabernet), du caladoc (jonction de la garnacha et du malbec), du pinot noir, du petit verdot, du cabernet franc et du merlot. Parmi les blancs, à part albariño, nous avons sauvignon blanc, viognier, petit manseng, riesling et verdejo, en expérimentation avec un demi-hectare de chacun ".

Eduardo Félix, agronome à la Bodega Garzón

Le vignoble de Garzón est sans doute celui qui répond le mieux à la vision de sols de qualité en raison de son pourcentage de sable et de sa rétention d'eau moindre, car il est en grande partie réparti sur différentes collines présentant une pente de 15%. Il y a 1400 parcelles avec des sols contenant 60% de sable, de limon et d'argile mélangés et, par conséquent, avec le besoin d'irrigation goutte à goutte. Intéressant le albariño Garzón 2017 "vignoble unique", Élevé dans des cuves en ciment sans époxy et 20% en fût, un blanc plein de fraîcheur et à la personnalité variétale discrète, bien qu'avec un léger excès de maturation avec de légères nuances tropicales. Pour moi le meilleur était un rouge, le Garzon Petit Clos 2016 Cabernet Bloc Français 127élevé dans des cuves en ciment de 150 hectolitres et entre 6 et 12 mois en fûts et bouteilles de 50 hectolitres sans grillage. Son 14,5º ne ternit pas sa complexité et la richesse des nuances.

Alto de la Ballena est une propriété située dans la Sierra de la Ballena, à seulement 15 kilomètres de la mer. Ce n’est pas une chaîne de montagnes "à utiliser" telle que nous la concevons en Espagne, mais certaines collines qui, dans leur ensemble, ne dépassent pas 500 mètres. "Mon épouse Paula et moi", raconte Alvaro Lorenzo. Nous avons commencé le projet il y a 18 ans. Nous venons de l’extérieur du secteur vitivinicole, ma femme est ingénieur électronicien et je suis avocat. Nous n'avons pas de grand-père italien pour nous laisser un domaine viticole ", commente-t-il sarcastiquement au sujet des nombreuses origines italiennes des établissements vinicoles uruguayens. Avec les conseils appropriés, nous recherchons des terres où, malgré une tradition viticole perdue, il n'y avait pas de vignoble. Un Une de nos peurs était l’expression aromatique car c’est un peu cher en Uruguay. Nous ne plantons pas de tannat comme souche nationale et commerciale. En 2001, nous avons planté deux hectares de merlot et un hectare de cabernet français. tannat planté et accroissement du vignoble de Merlot. Sur 20 hectares, nous avons plusieurs types de sols différents. Dans la partie centrale de la propriété, nous avons un sol franc avec du granit dégradé et, à l’avant, du gravier et des roches mélangées ".

Vignobles Altos de la Ballena

En général, les vins sont excellemment élaborés avec des différences minimes entre le haut et le basique. J'ai surligné le rouge Altos de la Ballena 2013, une syrah élégant avec expression variétale (difficile dans cette variété) très typique des climats apaisants comme ceux de l’ermitage français, savoureux, avec des notes de fruits rouges et des nuances organiques.

La fin de mon voyage a été Viña Eden, Un domaine viticole situé au nord de Punta del Este avec un fort esprit viticole, appartenant au brésilien Mauricio Zalatkin. Les sols sont des pentes granitiques avec un drainage remarquable. Ils travaillent efficacement les cuves en ciment d'origine italienne avec une porosité mesurée au point que le vin que j'ai le plus aimé était le Viña Eden 2016 tannat, vieilli uniquement dans ce matériau, à la couleur intense, complexe et minérale, à caractère variétal, considéré comme un tannat et, deuxièmement, Viña Eden 2016 tannat, avec 30% en fût et 70% en ciment, avec de très discrètes nuances de chêne fumé et une expression variétale évidente, rond et au profil chaud. Très intéressant, la nature pétillante est très française avec 85% de chardonnay et le reste en pinot noir.